Quelles sont les médecines douces remboursées ?

7
vues

En tant que médecines douces, vous avez la sophrologie, l’hypnose et l’ostéopathie. Elles ne sont pas rangées dans la catégorie des spécialités de la médecine. Dès lors, elles ne bénéficient pas de remboursement de la part de la Sécurité sociale. Toutefois, il est important de savoir que pour les séances pratiquées par un médecin bénéficiant d’une convention, une couverture partielle est possible par votre assurance maladie. 

Le cas de l’homéopathie

Lorsque votre médecin traitant est un homéopathe conventionné, vous pouvez être remboursé à hauteur de 70 % du tarif prévu dans votre contrat. Notez que dans ce type de cas, il ne faudra absolument pas dépasser les honoraires ainsi fixés. À défaut, c’est à vous que reviendra le paiement du supplément. Le manque de preuve relative à l’efficacité des traitements homéopathiques fait que ces derniers rencontrent une chute dans leur remboursement. Toutefois, il existe toujours des contrats de compléments de santé qui les prennent en charge. Si vous appartenez à cette catégorie, faites confiance à medoucine.

Quelques autres médecines douces potentiellement remboursées

Pour faire des économies, beaucoup de patients recourent à la médecine douce. Lorsqu’ils envisagent la possibilité d’être remboursés par l’assurance maladie, cette option est encore plus alléchante. Il faut alors savoir que pour bénéficier d’un remboursement, il vous faut être suivi d’abord par un médecin, ensuite par un professionnel conventionné. Les spécialistes travaillant en marge de toute réglementation ne pourront jamais voir leurs prestations remboursées. Ensuite, pour certaines pratiques, le taux de remboursement pourra être de 70 %. Il s’agit en l’occurrence de l’acupuncture et de l’hypnose. S’agissant de la psychologie, il existe certains critères qui pourront vous faire profiter d’un remboursement à hauteur de 60 % pour les séances d’un montant de 40 euros. Pour cela, il faudrait que l’orientation vers le psychologue soit effectuée par votre médecin traitant et que ce psychologue soit conventionné. 

PARTAGER