L’assurance chat face aux vices rédhibitoires

23
vues

Les vices rédhibitoires chez les chats sont la leucopénie féline (ou typhus ou panleucopénie), l’infection par le virus leucémogène félin (FeLV), la péritonite infectieuse féline (PIF) et l’infestation par le virus de l’immuno-dépression féline (FIV). Ce sont des maladies dangereuses, contagieuses, voire mortelles, des chats, elles ne sont pas couvertes par l’assurance chat. La plupart sont héréditaires et d’origines infectieuses qui nécessitent des traitements spécifiques.

Des maladies félines non couvertes

La loi du 22 juin 1989 protège l’acheteur de chatons lors de l’achat et à la conclusion du contrat d’assurance. Si l’animal présente des signes de ces maladies dans un délai fixé par la loi, vous pouvez poursuivre une action en justice pour obtenir un remboursement intégral du chaton et contre sa restitution. Cette liste ne figure donc pas dans les maladies remboursées par l’assurance chat. Pour en savoir plus sur la liste des maladies non prise en charge, survolez les articles sur 321… Assurance Chat. Vous y trouverez également les maladies couvertes avec leurs conditions.

Mentionnées dans le contrat d’assurance

Les chats ne sont pas à l’abri des maladies encore moins des infections connues des félins, voilà pourquoi l’assurance chat existe et elle fait le bonheur des maitres adeptes de félin. Elle vise à alléger les dépenses dues aux soins et aux frais médicaux. Or, les maladies rédhibitoires sont extrêmement difficiles à traiter et qui nécessitent des soins onéreux. C’est la raison pour laquelle l’assurance ne prend pas en main ces maladies. Sans préciser que les éleveurs et les refuges ne sont pas autorisés à vendre des animaux malades et spécialement de ces maladies graves.

PARTAGER