RGPD : engager un délégué à la protection des données

60
vues
Protéger les données personnelles

L’Union européenne va adopter le nouveau règlement général sur la protection des données le 25 mai 2018. Cette loi entraîne de nombreux changements chez les organismes qui traitent les informations privées. Ainsi pour être en conformité avec le RGPD, il est dans l’obligation de ces entreprises de recourir à un DPO. En effet, le délégué à la protection des données tient une place importante dans un établissement qui collecte les données personnelles. Sa présence dans la société est indispensable pour le suivi et le contrôle des divers traitements.

Des conseils pratiques pour devenir DPO

Dans le cadre de la protection des données personnelles, la loi exige aux sociétés qui collectent des informations confidentielles d’engager un DPO au sein de leurs établissements. Ce professionnel est le successeur du CIL. En effet, son statut est tout à fait similaire. Cependant, le DPO doit avoir certaines qualifications supplémentaires.

Le délégué à la protection des données doit avoir une bonne maîtrise du droit afin de pratiquer dans le domaine. Il doit avoir une aptitude à communiquer facilement. Lorsqu’il exerce ses fonctions, il doit les faire en toute indépendance.

Outre ces détails, le DPO est tenu d’avoir une connaissance sur les opérations de traitement et les systèmes d’information. Il doit pareillement avoir une bonne notion sur les besoins d’une entreprise en matière de protection des données.

Pour devenir DPO, l’individu va être désigné selon ses compétences et ses qualités professionnelles. La personne va également être jugée sur sa capacité à accomplir les différentes missions. D’après les experts, il n’existe pas un profil spécial pour être délégué à la protection des données. Toutefois, il est possible de suivre une formation DPO. Aujourd’hui, de nombreux professionnels peuvent accompagner les personnes qui souhaitent devenir un DPO en leur offrant une formation de qualité.

Les rôles et les responsabilités du DPO

Puisque le DPO est similaire au CIL, il n’est pas tenu responsable en cas de non suivi de la loi concernant la protection des données personnelles. Cependant, son principal rôle est de veiller au respect des grands principes de la protection des données. En effet, le professionnel doit surveiller de près si l’entreprise est en conformité au RGPD. Il est contraint d’accomplir un suivi régulier des différents traitements effectués.

Par ailleurs, le délégué détient également le rôle de conseiller auprès du responsable de traitement des données personnelles. Si l’opération est susceptible d’engendrer un risque plutôt élevé par exemple, il recommande de réaliser une analyse d’impact. Pour mener à bien ses missions, le DPO peut aussi proposer son avis aux sous-traitants et aux employés de l’entreprise.

Il doit également contrôler les actions menées par le département sur la protection des informations confidentielles. Il veille à ce que le procédé soit effectué en toute sécurité. 

Outre ces détails, le DPO a pour rôle de coopérer avec ce qu’on appelle autorité de contrôle. Il est chargé d’aider cette dernière à obtenir les documents relatifs aux diverses missions. Il accompagne pareillement cette autorité dans le cadre d’une vérification de l’activité ou lorsque celle-ci souhaite apporter plus de précisions sur un projet en cours.

RGPD : engager un délégué à la protection des données
Rate this post
PARTAGER