Pourquoi les Français sont-ils tombés amoureux du “manger bio ” ?

12
vues

En l’espace de quelques années, le bio s’est imposé comme le mode d’alimentation par excellence des Français. Alors que rien ne le présageait, qu’est-ce qui explique l’incroyable succès de l’agriculture et de l’élevage biologique ? Découvrez-le dans la suite.

Manger mieux pour être en meilleure santé

Manger bio réduit considérablement les risques de cancer, d’hyper tension artérielle, de problèmes de dérèglements hormonaux ou encore d’infertilité. Les produits biologiques sont riches en vitamines, en minerais essentiels (fer, calcium, zinc, etc.), en oméga 3, en bonne graisse, etc. Faire confiance aux repas bio reste l’astuce pour faire du bien à son organisme avec une alimentation de qualité. Cette dernière est pauvre en mauvaise graisse, en sel et ne contient aucun additif alimentaire.

Contribuer à la préservation de l’environnement

Les productions bio mettent un accent particulier au développement durable. Par conséquent, les exploitations ont moins d’impact sur l’environnement. Les sols sont mieux préservés de l’activité humaine, les cours d’eau et les nappes phréatiques pas du tout pollués et l’usage des produits chimiques hautement contrôlés, voire carrément interdits.

Redonner le pouvoir aux producteurs de nos régions

Face au diktat des géants de l’agroalimentaire, il y a les petits producteurs, amoureux du naturel et passionnés par les bienfaits d’une production plus saine. Manger bio, c’est permettre à ces producteurs talentueux de continuer d’exister. Acheter les produits biologiques français est un moyen de pérenniser l’activité de nos maraîchers et éleveurs tout en soutenant l’économie locale avec la création d’emplois.

Savoir ce que l’on a dans son assiette

L’agriculture et l’élevage biologique riment avec traçabilité. En consultant les étiquettes alimentaires, les consommateurs peuvent savoir par qui, où, quand et comment leurs aliments ont été produits. Ils disposent de l’ensemble des informations sur les ingrédients, les techniques de culture ou encore sur les aliments que les bêtes ont mangés tout le long de leur existence. Et en fin de course, le consommateur sait exactement ce qu’il y a dans son assiette. 

PARTAGER