Le fonctionnement de la loi Pinel

22
vues

Dans la mesure où la loi Pinel a été encore reconduite jusqu’en 2021, tous les placements immobiliers locatifs dans le neuf peuvent encore bénéficier d’une défiscalisation, à condition bien sûr de remplir toutes les conditions imposées par ce dispositif.

Quels biens immobiliers sont éligibles à la défiscalisation Pinel ?

Pour maitriser les méandres de la loi Pinel, renseignez-vous Fiscalement.fr. Sinon en cas de besoin, n’hésitez pas à recourir à leur simulateur gratuit. Maintenant, si vous voulez tirer profit des nombreux avantages de ce dispositif, le bien immobilier doit-être impérativement neuf, ou en cours de construction. Ce n’est pas du tout surprenant lorsque l’on sait que l’objectif principal de cette législation est d’encourager la construction de nouveaux logements.

C’est pourquoi les bâtiments entrant dans le cadre d’une vente en état futur d’achèvement ou VEFA. En outre, ces biens immobiliers doivent être localisés dans les zones concernées, répondent parfaitement à ces exigences. Certaines constructions peuvent-être aussi concernées si et seulement si de grands travaux de rénovation se portant sur leur performance énergétique sont prévus pas les futurs acquéreurs.

Qu’en est-il des loyers ?

Quoi qu’il en soit, les futurs propriétaires n’auront pas le droit d’habiter dans ces maisons et dans ces appartements, mais seront dans l’impératif de les mettre en location. D’ailleurs, pour que ces logements soient accessibles aux personnes à qui ces résidences sont destinées, des limités ont été fixées par l’État Français. Leur but est ici d’éviter la flambée du loyer comme rencontrée dans le secteur de la location privée.

Et pour ce 2019, ces plafonds ont été tout simplement revus à la hausse. Ainsi, pour vous donner déjà une petite idée, pour la zone a le barème du loyer par mètre carré est de 12,50 €, 16,83 € pour la zone a bis, sinon respectivement 10 07 € pour la zone Bi et 8,75 € pour la zone B2.

PARTAGER